mercredi 24 septembre 2014

Les produits de contraste iodés ne provoquent pas de lésions rénales



Pendant des décennies, l’utilisation de produits de contraste iodés intraveineux pour l’imagerie par tomodensitométrie a suscité des inquiétudes sur le fait qu’ils pourraient endommager les reins. Cette idée vient d'être réfutée par une étude américaine publiée dans la revue scientifique « Radiology ».
Des chercheurs de la Clinique Mayo de Rochester (Minnesota) ont analysé des données obtenues auprès de 21 346 patients ayant fait l’objet de tomodensitométries (TDM) du bassin, de l’abdomen ou du thorax entre 2000 et 2010. Parmi ces patients, 10 673 avaient fait l’objet d’une TDM à l’aide d’un produit de contraste intraveineux et le même nombre sans produit de contraste. Les deux groupes ont été appariés par facteurs cliniques et démographiques.
Au cours des 30 jours suivant la TDM, aucune différence significative dans le taux de lésions rénales aiguës (4,8 % chez les patients avec exposition à un produit de contraste et 5,1 % chez les patients sans exposition à un produit de contraste) n’a été mise en évidence entre les deux groupes. En outre, aucune différence n’a été découverte dans les taux de décès et de dialyses en urgence. Ces résultats ont aussi été confirmés chez les patients présentant une fonction rénale altérée et d’autres maladies, telles que le diabète ou l’insuffisance cardiaque congestive, et qui étaient donc considérés comme un groupe à risque.

Pendant près de 60 ans, les médecins ont été préoccupés par le fait que l’utilisation d’un produit de contraste iodé pouvait induire une néphropathie. Cependant, l’étude vient de montrer que ces inquiétudes « sont probablement largement surestimées », a déclaré l’auteur de l’étude, Robert J. McDonald. « Nous espérons que nos résultats aideront à préciser le profil de sécurité de ces agents de contraste ».

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire