vendredi 17 octobre 2014

Docndoc vous offre 3 mises en relation gratuite à l’occasion des JFR!



Docndoc vous offre 3 mises en relation gratuite à l’occasion des JFR!



Testez gratuitement et sans engagement 

vos remplas. 


Remplacez et faites-vous remplacer même 


à la dernière minute, dans toute la France ,

 profitez-en vite!

lundi 13 octobre 2014

Cumul emploi-retraite, attention au changement du 1er janvier 20




Egora.fr précise les changements de modalités de liquidation de retraite. Au 1er janvier 2015, les assurés de la CARMF ne pourront plus, en cas de poursuite ou de reprise d'activité, acquérir de droits dans quelque régime légal de retraite que ce soit, de base ou complémentaire, dès lors qu'ils auront liquidé un droit propre dans un régime légal de base. Il est donc préférable pour ceux qui envisagent de liquider prochainement leur retraite dans certains régimes de solliciter la liquidation de leur retraite de base à effet du 1er octobre 2014 (ou 1er décembre 2014 selon les caisses de retraite) afin d'obtenir également des droits dans les régimes non liquidés. Toutes les informations sur les règles de cumul et notamment les plafonds de revenus du cumul retraite et activité libérale sont consultables sur le  site de la CARMF.

  • PR Editions

jeudi 9 octobre 2014

Bons plans pour les JFR !

 Bons plans pour les JFR !

Doc’nDoc vous accompagne pendant les JFR et vous offre 3 crédits gratuits !


Inscrivez vous vite et trouvez votre rempla même à la dernière minute, dans toute la France

mercredi 8 octobre 2014

Les buveurs de thé décèdent plus tard

Les buveurs de thé vivent plus longtemps et en meilleure santé. Ils présentent du moins un taux de mortalité inférieur à celui des personnes qui ne boivent pas de thé. Des chercheurs français ont présenté les résultats de l’étude au Congrès annuel de la Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology, ESC) à Barcelone (Espagne). 
Des chercheurs de l’hôpital Georges-Pompidou à Paris ont analysé les données recueillies auprès de 131 000 personnes âgées de 18 à 95 ans qui avaient fait l’objet d’un bilan de santé. Pendant un suivi de 3,5 ans, 95 décès d’origine cardiovasculaire et 632 décès d’origine non cardiovasculaire ont été constatés. 
Les chercheurs ont déclaré qu’en moyenne, les personnes qui consommaient de grandes quantités de thé avaient une tension artérielle plus basse, des taux de cholestérol inférieurs ainsi qu’un IMC plus bas, fumaient moins de tabac et étaient physiquement plus actives que les personnes ne buvant pas de thé ; elles présentaient en outre un risque réduit de développer des problèmes cardiaques. Cependant, la consommation de thé n’influençait pas le risque de mortalité cardiovasculaire. En général, la mortalité était toutefois 24 % inférieure, a expliqué l’auteur de l’étude Nicolas Danchin. On peut supposer que ces personnes ont généralement des styles de vie plus sains ; de plus, le thé contient de nombreux antioxydants. 
Les chercheurs n’ont pas découvert de liens entre la mortalité cardiaque ou générale et la consommation de café. Les personnes qui buvaient plus de quatre tasses de café par jour avaient une tension artérielle plus élevée et fumaient plus de tabac. Elles avaient tendance à présenter un taux de mortalité cardiovasculaire accru, mais qui n’était pas significatif sur le plan statistique. Cependant, les scientifiques ont déclaré que ce résultat était attribué à la plus forte proportion de fumeurs.


Pascale Karila-Cohen

Déclin cognitif : cela dépend du groupe sanguin ?


Les maladies cardiovasculaires et le déclin cognitif partagent de nombreux facteurs de risque.
L'hypertension, l'hypercholestérolémie, le diabète et l'obésité sont associés au déclin cognitif et à la démence.
Des taux élevés de facteur Willebrand, de facteur VIII de la coagulation et de D Dimères ont également été associés au déclin cognitif et à la démence.
Le système sanguin ABO est associé au risque cardiovasculaire et à différentes formes de maladies cardiovasculaires, incluant les coronaropathies, les accidents vasculaires cérébraux et les thromboses veineuses profondes.
Pour autant il n'existe pas de travaux concernant une possible association entre système ABO et déclin cognitif.
Dans cette étude prospective américaine, qui a examiné les relations entre groupe ABO, concentration en facteur VIII et déclin cognitif, les auteurs sont partis de l'hypothèse que les sujets de groupes sanguins A, B et AB pourraient être exposés à un risque accru de déclin cognitif, par rapport aux sujets du groupe O.

Ȇtes-vous AB ?
Les sujets inclus (n =17 630), issus de la cohorte REGARDS (REasons for Geographic And Racial Differences in Stroke), destinée à étudier les différences régionales et raciales de mortalité par AVC, ont été recrutés entre 2003 et 2007.
Le déclin cognitif a été mesuré à partir de tests évaluant les différentes fonctions cognitives.
La durée moyenne de suivi a été de 3,4 ans.
Au total, 495 cas incidents de déclin cognitif ont été détectés.
Cinq cent quatre-vingt sept sujets non appariés sans troubles cognitifs participant également à la cohorte REGARDS ont été tirés au sort pour servir de témoins.
Le groupe sanguin ABO a été déterminé à la fois pour les 495 cas et les 587 contrôles.
Il est apparu que les sujets de groupe sanguin AB et ceux avec une plus haute concentration de facteur VIII avaient un risque augmenté de déclin cognitif après ajustement pour l'âge, l'ethnie, le sexe et la région (Odds Ratio [OR] respectifs : 1,82, intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] 1,15 à 2,90 et OR 1,24, IC 95 % 1,10 à 1,38 pour chaque 40 UI/dl de facteur VIII en plus).
Le FVIII était plus élevé chez les sujets de groupe AB (142 IU/dl, IC 95 % 119-165) comparé aux sujets de groupe O (104 IU/dL, IC 95 % 101-107), et de ceux de groupe A (121 IU/dL, IC 95 % 116-127).
Le facteur VIII n'intervenait toutefois pas significativement dans l'association entre groupe AB et déficience cognitive incidente (augmentation du risque 18 %, IC 95 % -30 % à 68 %).

En conclusion, le lien entre déclin cognitif et risque cardiovasculaire semble passer en partie par le groupe ABO mais selon un mécanisme autre que l'élévation du facteur VIII, lequel est possiblement en rapport avec les effets de la glycosyltranférase ABO.


JIM 19 sept 2014

lundi 6 octobre 2014

Le vélo ou le métro (mais pas l’auto) pour aller au boulot !


Notre mode de vie est devenu de plus en plus en sédentaire, faisant de l'inactivité physique le 4ème facteur de risque de mortalité prématurée. L'utilisation de la voiture individuelle pour les trajets professionnels est l'une des causes de la réduction de cette activité. Au Royaume-Uni par exemple, 67 % des travailleurs prennent leur voiture pour se rendre à leur travail, alors que les transports publics ne sont utilisés que par 18 % d'entre eux, la marche à pieds par 11 % et la bicyclette par 3 %.

Une étude londonienne apporte des éléments intéressants pour inciter à modifier ces mauvaises habitudes. Les auteurs ont comparé deux marqueurs objectifs de l'obésité, l'indice de masse corporelle et le pourcentage de masse grasse, chez plus de 15 mille individus, selon qu'ils allaient à leur travail en voiture ou qu'ils préféraient un mode de transport « actif ». Le terme de transport actif n'était pas réservé à la marche à pieds et au vélo, mais incluait aussi les transports en commun qui nécessitent de la marche pour aller ou revenir de la station de bus ou de métro.
Les résultats sont sans ambigüité : les personnes choisissant un mode de transport actif ont un indice de masse corporelle et un pourcentage de masse grasse inférieurs à celui des personnes circulant en voiture. Un élément particulièrement intéressant est que l'effet observé chez les sujets utilisant les transports publics est sensiblement le même que chez ceux qui se rendent à leur travail à pied ou à vélo.
La différence observée chez l'homme, de 1 point d'IMC environ, équivaut, pour l'homme « moyen » participant à cette étude (43 ans, 1,76 m, 86 kilos, IMC 27,8), à une différence de 3 kilos. Pour la femme « moyenne » (43 ans, 1,63 m, 72,8 kilos, IMC 27,4), la différence entre le transport actif et la voiture est de 0,8 point d'IMC, soit approximativement 2,5 kilos. Cette différence s'avère supérieure à ce que l'on attend des interventions de prévention basées sur la diététique et l'activité physique.

Les auteurs estiment que promouvoir plus résolument l'abandon de la voiture et inciter à adopter les transports en commun aurait des effets bénéfiques sur la santé de la population. Sans parler des effets environnementaux positifs.

JIM 16 sept 2014