lundi 2 février 2015

Mise à jour de la mortalité selon l’âge et le sexe à l'échelle mondiale pour la période 1990-2013

 

Contexte

Il est indispensable de disposer de données probantes actualisées sur les niveaux et les tendances en matière de mortalité toutes causes confondues et par cause selon l’âge et le sexe en vue de l’élaboration de politiques de santé mondiales, régionales et nationales. Dans l’étude du fardeau mondial des maladies de 2013 (Global Burden of Disease Study 2013, GBD 2013), nous avons estimé le taux de mortalité annuel dans 188 pays entre 1990 et 2013. Nous avons utilisé les résultats pour évaluer s’il y avait une convergence épidémiologique entre les pays.

Méthodes

Nous avons estimé la mortalité toutes causes confondues selon l’âge et le sexe en utilisant les méthodes du GBD 2010 en y apportant quelques affinements pour en améliorer la précision, et en les appliquant à une base de données mise à jour des registres d’état civil, des enquêtes et des données de recensement. En règle générale, nous avons estimé la cause du décès de la même manière que dans le GBD 2010. Les principales améliorations comprenaient l’ajout de données d’état civil plus récentes pour 72 pays, un examen actualisé de la littérature d’autopsie verbale, deux nouveaux systèmes détaillés de données pour la Chine et davantage de renseignements détaillés pour le Mexique, le Royaume-Uni, la Turquie et la Russie. Nous avons amélioré les modèles statistiques pour la redistribution des codes erronés (garbage codes, GC). Nous avons utilisé six stratégies de modélisation différentes sur l’ensemble des 240 causes ; la modélisation de l’ensemble des causes de mortalité (cause of death ensemble modelling, CODEm) a été la stratégie dominante pour les causes suffisamment étayées. Les tendances pour la maladie d’Alzheimer et les autres démences ont été étayées par des méta-régressions d’études de prévalence. Pour les causes de diarrhée et d’infection des voies respiratoires inférieures par agent pathogène, nous avons utilisé une approche contrefactuelle. Nous avons calculé deux mesures de convergence (inégalité) entre les pays : la différence relative moyenne entre toutes les paires de pays (coefficient de Gini) et la différence absolue moyenne entre les pays. Pour résumer les conclusions générales, nous avons utilisé des tables à multiple extinction pour décomposer les probabilités de décès depuis la naissance jusqu’à l’âge précis de 15 ans, depuis l’âge précis de 15 ans jusqu’à l’âge précis de 50 ans et depuis l’âge précis de 50 ans jusqu’à l’âge précis de 75 ans, et l’espérance de vie à la naissance pour les principales causes. Pour toutes les valeurs déclarées, nous avons calculé des intervalles d’incertitude (uncertainty intervals, UI) à 95 %. Nous avons imposé une contrainte aux fractions par cause au sein de chaque groupe d’âge-sexe-pays-année pour équivaloir à la mortalité toutes causes confondues en fonction des prélèvements à partir des distributions de l’incertitude.

Résultats

L’espérance de vie globale des deux sexes a augmenté, passant de 65,3 ans (UI 65,0 - 65,6) en 1990 à 71,5 ans (UI 71,0 - 71,9) en 2013, tandis que le nombre de décès a augmenté, passant de 47,5 millions (UI 46,8 - 48,2) à 54,9 millions (UI 53,6 - 56,3) pendant le même intervalle. Le progrès global a occulté des variations selon l’âge et le sexe : chez les enfants, les différences absolues moyennes entre les pays ont diminué, mais les différences relatives ont augmenté. Pour les femmes âgées de 25 à 39 ans et de plus de 75 ans, et les hommes âgés de 20 à 49 ans et de 65 ans et plus, les différences absolues et relatives ont toutes deux augmenté. La décomposition de l’espérance de vie mondiale et régionale a montré le rôle principal des réductions des taux de décès normalisés selon l’âge pour les maladies cardiovasculaires et les cancers dans les régions à revenu élevé, et des réductions de la mortalité infantile liée aux diarrhées, aux infections des voies respiratoires inférieures et aux causes néonatales dans les régions à faible revenu. Le VIH/sida a réduit l'espérance de vie en Afrique sub-saharienne australe. Pour la plupart des causes de décès transmissibles, le nombre de décès et le taux de mortalité normalisé pour l’âge ont tous deux diminué, alors que pour la plupart des causes non transmissibles, les changements démographiques ont fait augmenter le nombre de décès, tout en entraînant une baisse du taux de mortalité normalisé selon l’âge. Les décès dans le monde liés aux blessures ont augmenté de 10,7 %, passant de 4,3 millions de décès en 1990 à 4,8 millions en 2013 ; cependant, les taux normalisés selon l’âge ont diminué de 21 % sur la même période. Pour certaines causes responsables de plus de 100 000 décès par an en 2013, les taux de mortalité normalisés selon l’âge ont augmenté entre 1990 et 2013, y compris pour le VIH/sida, le cancer du pancréas, la fibrillation et le flutter auriculaires, la toxicomanie, le diabète, l’insuffisance rénale chronique et l’anémie falciforme. Les maladies diarrhéiques, les infections des voies respiratoires inférieures, les causes néonatales et le paludisme demeurent les cinq principales causes de décès chez les enfants de moins de 5 ans. Les pathogènes les plus importants sont le rotavirus pour la diarrhée et le pneumocoque pour les infections des voies respiratoires inférieures. Les probabilités de décès par pays au cours des trois phases de vie variaient considérablement entre les régions et au sein de chacune d'elles.

Interprétation

Dans la plupart des pays, la tendance générale de réduction de la mortalité selon l’âge et le sexe a été associée à un changement progressif qui fait en sorte qu'un plus grand nombre des décès restants sont attribuables à des maladies non transmissibles et à des blessures. L'évaluation de la convergence épidémiologique entre les pays varie suivant qu’une mesure absolue ou relative de l’inégalité est utilisée. Néanmoins, les taux de mortalité normalisés selon l’âge pour sept des causes importantes sont en hausse, ce qui suggère un potentiel d’inversion dans certains pays. Il existe d’importantes lacunes dans les données empiriques pour les estimations des causes de décès dans certains pays ; par exemple, il n’existe pas de données nationales en Inde pour les dix dernières années.


Références

GBD 2013 Mortality and Causes of Death Collaborators. Global, regional, and national age–sex specific all-cause and cause-specific mortality for 240 causes of death, 1990–2013: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2013. The Lancet. 2014; DOI: http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(14)61682-2.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire