mercredi 25 mars 2015

80 ans, l"âge de transition?

Incapacité, perte de fonctionnalité, morbidité, sont autant de termes utilisés pour décrire la santé des personnes âgées, mais peut-on prendre en charge de la même manière une personne de 71 ans et une personne de 90 ans ?
L'une des façons de s'adapter, et c'est l'objectif de cette étude suédoise, c'est de ne plus considérer les personnes âgées comme un ensemble, mais de chercher à identifier les changements et troubles les plus fréquemment retrouvés aux différents âges, afin d'optimiser les soins et la prise en charge.
Le critère de jugement compare 5 indicateurs: nombre de maladies chroniques, vitesse de marche, test MMS (Mini Mental State), test IADL (Instrumental Activities of Daily Life, activités instrumentales de la vie courante), test PADL (Performance test of Activities of Daily Life, performance des activités de la vie courante).
L'analyse a porté sur 3 080 adultes de plus de 60 ans, entre 2001 et 2004.
Les résultats ont montré que jusqu'à l'âge de 80 ans, la majorité des personnes ne présente pas d'atteinte fonctionnelle ou d'incapacité, malgré la présence de troubles chroniques qui peuvent débuter précocement (dès 60 ans). Les résultats du MMS et de l'IADL montrent une bonne performance cognitive jusqu'à 84ans. La perte d'autonomie devient plus commune seulement après 90 ans en lien avec les résultats du PADL qui sont proches de 0 à 90 ans. Ces résultats ont montré que l'échelle IADL est un bon indicateur d'un début d'atteinte cognitive et que l'échelle PADL est très fortement corrélée à l'apparition d'une démence.
Dans la population de leur étude, la vitesse de marche commence à baisser bien avant la présence d'une incapacité, ce qui confirme que la vitesse de marche peut être considérée comme une mesure de pré-fragilité et utilisé comme un indicateur précoce d'un changement dans l'état de santé des personnes âgées « les plus jeunes. »
Cette étude de population dresse une belle image de l'hétérogénéité que l'on retrouve chez les personnes âgées et des précautions qui doivent être prises pour ne pas standardiser nos prises en charge sur le seul critère « personne âgée ».
En résumé, la majorité des personnes de moins de 90 ans ont un bon état fonctionnel.
Deux phases de transition ont été identifiées :
1/ 81-84 ans, où la prévalence d'un bon état de santé fonctionnel diminue et où la prévalence des polymorbidités et d'une atteinte cognitive augmentent en lien avec l'IADL ;

2/ 84-87 ans, où la prévalence d'atteinte cognitive sévère etles incapacités physiques augmentent graduellement, en corrélation avec le PADL.
La première période semble représenter le passage du 3ème au 4ème âge, et la seconde période le début du 4ème âge.
Cela signifie donc que les besoins médicaux augmentent de 70 à 90 ans, alors que les besoins sociaux et le placement en institut spécialisé ne se font réellement prégnants que pour les âges très avancés.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire