mardi 21 avril 2015

La marche rapide est tout aussi bénéfique pour la santé que la course



Contrairement à ce qu'on attendait, la course n'est meilleure pour la santé que la marche rapide. Selon une étude américaine publiée dans Arteriosclerosis, Thrombosis and Vascular Biology, ces deux types de sport diminuent le risque d'hypertension artérielle, d'hypercholestérolémie et de diabète.
Des chercheurs du Laboratoire national Lawrence Berkeley (LBNL, Lawrence Berkeley National Laboratory) en Californie (États-Unis), ont analysé les données de plus de 33 000 coureurs ayant participé à l'étude National Runners' Health Study et de plus de 15 000 marcheurs de l'étude National Walkers' Health Study. Les participants étaient âgés de 18 à 80 ans, le groupe le plus important étant composé de sujets entre la quarantaine ou la cinquantaine. Les hommes représentaient 51 % des coureurs, alors que les femmes étaient en majorité des marcheuses (79 %).
Fait surprenant, le risque de maladie a diminué davantage dans le groupe des marcheurs comparativement au groupe des coureurs. Le taux d'hypertension artérielle était réduit de 4,2 % grâce à la course contre 7,2 % avec la marche. Le risque d'hypercholestérolémie était abaissé de 4,3 % grâce à la course et de 7 % avec la marche. Les coureurs présentaient un risque de diabète inférieur de 12,1 % contre 12,3 % pour les marcheurs, tandis que le risque de maladie coronarienne était réduit de 4,5 % grâce à la course et de 9,3 % avec la marche. À la lumière de ces résultats, la marche pourrait représenter une activité davantage viable chez certaines personnes, a estimé l'auteur principal Paul T. Williams. Toutefois, il semble que les coureurs s'entraînent en général deux fois plus que les marcheurs, a-t-il fait remarquer. « Cela est probablement dû au fait qu'en une heure, ils peuvent parcourir une distance deux fois plus importante. »
À la différence des études précédentes, les chercheurs ont évalué l'effort dépensé pour pratiquer le sport en fonction de la distance parcourue et non en fonction du temps nécessaire. « Plus les coureurs couraient et plus les marcheurs marchaient, plus les effets sur la santé étaient bénéfiques. Lorsque la quantité d'énergie dépensée était la même dans les deux groupes, les effets bénéfiques sur la santé étaient alors comparables », a déclaré Paul T. Williams.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire