jeudi 16 juillet 2015

De plus en plus de myopes, la faute des longues études…



De plus en plus de myopes, la faute des longues études…
La myopie se caractérise par la formation des images en avant de la rétine et une vision floue au loin généralement en raison d'une longueur axiale trop importante.
Il s'agit de l'affection oculaire la plus répandue dans le monde, mais sa prévalence est en nette augmentation de par le monde.
La myopie, même corrigée, est associée à un risque accru de pathologies telles que des maculopathies, des décollements de la rétine, mais aussi glaucomes et cataractes. Son augmentation en fréquence va donc représenter un coût indéniable pour la société, au moment où les politiques de santé imposent des restrictions économiques drastiques.
Si le caractère héréditaire est connu depuis longtemps dans la genèse de la myopie, les facteurs environnementaux (l'urbanisation, les facteurs prénatals, le statut socio-économique, l'exposition prolongée à la lumière artificielle, et le moindre temps passé à l'extérieur) le sont de façon beaucoup plus récente.
Une étude récente parue dans Ophthalmology (1) a examiné la responsabilité du niveau croissant de l'éducation, souvent évoquée, dans la prévalence de la myopie en Europe.
Elle émane d'un réseau d'études épidémiologiques (33 actuellement) sur les maladies de l'œil en Europe avec des données disponibles pour 124 000 patients. Ici ont été retenues les 15 études mentionnant une évaluation des anomalies de la réfraction et totalisant 68 350 adultes (98 % d'origine européenne). Ont été exclus, les sujets présentant une cataracte, des antécédents de chirurgie réfractive ou de décollement de la rétine, ainsi que d'autres pathologies telles qu'un kératocône. Des données sur l'âge au moment de la mesure de la réfraction, l'année de naissance et le niveau de scolarité étaient disponibles pour 61 946 sujets.
L'évaluation de la réfraction était effectuée sans cycloplégie de façon subjective. Le classement en âge s'est fait par tranches de 5 et 10 ans. Compte tenu des différents systèmes éducatifs au sein des pays européens, le niveau de scolarité a été classé en 3 catégories : enseignement primaire pour les patients ayant quitté le système scolaire avant 16 ans, secondaire pour ceux qui ont poursuivi leurs études jusqu'à 19 ans, et l'enseignement supérieur pour ceux qui sont allés au-delà.
Les personnes âgées de moins de 20 ans au moment de la mesure de réfraction, incapables d'avoir atteint le plus haut niveau d'éducation, ont été exclues de cette étude.
La majorité de la cohorte se situe dans la tranche d'âge 40-80 ans (années de naissance 1910 à 1979).
La myopie progresse en Europe dans toutes les tranches d'âge
La prévalence globale de la myopie en Europe est globalement de 24,3 % et de 30,6 % si elle est normalisée selon l'âge, mais ces chiffres cachent une grande disparité. En effet, la prévalence est de 47,2 % chez les patients de moins de 29 ans, contre 27,5 % chez les 55-59 ans.
La prévalence de la myopie est de 22,5 % pour les patients nés avant 1940 et de 29,5 % pour les patients nés après 1940, mais même chez les patients les plus âgés, l'augmentation de la prévalence est de 15,3 %.
Il n'y a, en revanche, aucune différence significative selon le sexe.
La prévalence de la myopie augmente avec le niveau d'éducation
La prévalence de la myopie est de 25,4 % avec un niveau d'enseignement primaire, 29,1 % pour le secondaire et 36,6 % pour l'enseignement supérieur.
Pour les 35 ans à 84 ans, la majorité des sujets de l'étude, la prévalence de la myopie est environ le double pour ceux ayant suivi un enseignement supérieur par rapport à ceux qui n'ont pas dépassé l'enseignement primaire.
Par exemple, chez les 45-49 ans, la prévalence de la myopie est de 26,3 % avec un niveau d'enseignement primaire contre 51,4 % avec un niveau supérieur.
Chez les 60 ans-64 ans, la prévalence de la myopie est de 14,0 % pour les patients n'étant pas allés au-delà de l'enseignement primaire contre 28,7 % pour ceux qui ont bénéficié d'un enseignement supérieur.
Un impact financier à prévoir
En conclusion, la prévalence de la myopie est en augmentation en Europe quelle que soit la tranche d'âge des patients, et s'accroît d'autant plus que le nombre d'années d'études augmente.
Ces résultats sont similaires à ceux observés en Amérique du Nord (1), tout en restant en deçà de ceux identifiés en Asie du Sud-Est (2).
Cet accroissement du nombre de myopes et des complications inhérentes à la myopie aura dans l'avenir des implications importantes et représentera une charge supplémentaire à assumer par la société.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire