mardi 14 juillet 2015

Syndrome du bébé secoué



Syndrome du bébé secoué
  1. Epidémiologie 
  2. Facteurs de risques 
  3. Anamnèse +++
  4. Examen clinique complet 
  5. Examens complémentaires
  6. Diagnostics différentiels
  7. Signalement
  8. Suite
Le syndrome du bébé secoué représente une pathologie grave nécessitant une prise en charge de l’enfant mais aussi de l’ensemble de la famille. 200 cas/an sont rapportés avec une probable incidence sous-estimée.
1. Epidémiologie 
- Nourrisson âge < 1an
- Tous les milieux socio-économiques sont concernés.
- Physiopathologie : tenue de la tête incomplète, poids de la tête élevé par rapport au corps.
2. Facteurs de risques 
- Garçon
- Prématuré
- Isolement social et familial
- Grossesses multiples
3. Anamnèse +++
- Explications fluctuantes, absentes, ou  incompatibles avec  le tableau clinique
- Consultations antérieures pour pleurs/ traumatismes
- Mort non expliquée dans la fratrie
- Retard à la consultation.
4. Examen clinique complet 
Enfant entièrement déshabillé.
Neuro : Malaise, coma, convulsions, HTIC, hypotonie axiale, Troubles de la vigilance, jusqu’à la mort inattendue du nourrisson.
Palpation fontanelle bombée et périmètre crânien augmenté
Signes associés : Ecchymoses cutanées, fractures, Photographies.
Signes non spécifiques : vomissements, troubles vigilance, troubles respiratoire.
5. Examens complémentaires
Scanner cérébral  en urgence : Hématomes sous duraux (HSD) plurifocaux (faux cerveau/ fosse postérieure), hémorragies sous arachnoïdiennes.
Fond d’œil bilatéral: Hémorragies rétiniennes multiples, profuses, éclaboussantes quasi pathognomoniques.
Diagnostic certain :
Hémorragies intracrâniennes (HC) plurifocales
ET hémorragies rétiniennes  profuses/ éclaboussantes
ET Anamnèse incohérente/ incompatible
Radiographies squelette entier :
Syndrome de Silverman : fractures multiples, côtes, cals osseux, arrachements métaphysaires, appositions periostées
NFS, TP, TCA, Facteurs de coagulation.
IRM dès état stable.
6. Diagnostics différentiels
Traumatisme crânien accidentel (HSD unifocal avec fracture en regard)
Troubles de la coagulation (thrombopénie…)
7. Signalement
Hospitalisation en urgence indispensable ++
- Diagnostic certain :
  • Signalement immédiat au procureur de la république + CRIP (cellule recueil des informations préoccupantes) pour protéger l’enfant en danger après concertation de deux  professionnels.
  • Doit comporter : identité rédacteur, enfant, parents, chronologie des faits rapportés entre guillemets, constat médical initial avec résultats des examens, mention de la gravité, date et signature.
  • Demande ordonnance de placement provisoire (OPP) valable 8 jours si refus d’hospitalisation par les parents
- Diagnostic possible : Signalement à la CRIP  seule.
Information des parents de la procédure ++
8. Suite
Indemnisation via CIVI (commission indemnisation victimes d’infractions pénales)
Assistance éducative : Aide éducative en milieu ouvert(AEMO) ou placement structure/ famille d’accueil.
Enquête pénale.
La prise en charge est une urgence. Le diagnostic est parfois difficile à évoquer. Il doit être suspecté en cas de discordance entre l’anamnèse des parents et l’examen physique. L’imagerie cérébrale, le fond d’œil et les radiographies du squelette complètent l’examen clinique à la recherche de traumatismes anciens ou récents.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire