jeudi 1 octobre 2015

Revalorisations salariales, rémunération de la mobilité : propositions pour doper l’attractivité du métier de PH



Revalorisations salariales, rémunération de la mobilité : propositions pour doper l’attractivité du métier de PH
Paris, le lundi 14 septembre 2015 - Plusieurs médias ont rendu publiques en fin de semaine dernière les mesures proposées par le sénateur Jacky Le Menn dans son rapport sur l'attractivité des carrières médicales et pharmaceutiques à l'hôpital public remis à Marisol Touraine le 20 juillet 2015.
Avec ses « 57 propositions pour donner envie aux jeunes médecins d'exercer à l'hôpital public et à leurs aînés d'y rester », le document que Les Echos ont pu consulter répond à certaines demandes des syndicats de praticiens hospitaliers (PH). Pour attirer les jeunes praticiens les auteurs Jacky Le Menn et Paul Chalvin entendent revaloriser la rémunération des premiers échelons et optimiser le temps de travail. Cependant « les mesures ayant des conséquences financières devront être étalées sur cinq ans ».
Revalorisation salariale
Les salaires pour les échelons 1 et 2 devraient augmenter de 1 000 euros par an pour des PH temps plein, détaille Le Quotidien du Médecin qui s'est également procuré le document, atteignant ainsi 50 810 euros bruts annuel la deuxième année, et ceux des échelons 3, 4 et 5 de 2 000 euros environ. En début de la sixième année un PH temps plein atteindrait ainsi une rémunération annuelle brute de 58 455 euros, identique à celle d'aujourd'hui. De plus, les années d'internat devraient être prises en compte à hauteur de 50 % dans le calcul de l'ancienneté. Le texte préconise aussi « une revalorisation des salaires (du 4e échelon + 10 % au 6e échelon +10 %) des praticiens contractuels qui s'engagent à travailler dans un même hôpital pendant cinq ans, notamment en post-internat ».
La mobilité encouragée
Avec la prochaine loi Modernisation de notre système de santé « les équipes seront gérées par les groupements hospitaliers de territoire » (GHT), rappelle Décison Santé. Favorisant la pratique médicale multisite, ils constituent pour Jacky Le Menn une réponse aux vacances de postes et une mesure d'attractivité. La mobilité des praticiens sera encouragée avec « la création d'une prime de solidarité territoriale mieux dotée que l'actuelle indemnité multisites », selon Les Échos. Cette nouvelle prime remplaçant l'indemnité actuelle de 415 euros bruts mensuels comprendrait deux niveaux détaille quotimed.com : 100 euros minimum nets mensuels pour tous les PH engagés dans une équipe médicale de territoire, 200 dans les zones sous tension et « 415 euros bruts mensuels pour chaque PH exerçant sur plusieurs sites. Cette dernière somme serait modulable selon des critères à définir (nombre de sites, fréquence des déplacements, durée de l'activité dans les établissements secondaires, etc.) ».
Un pool de médecins remplaçants serait d'autre part créé par région pour diminuer l'intérim, rémunérés 1000 euros de plus que les PH classiques par mois de remplacement.
Des mesures concernant le temps de travail
Selon les différents media l'accord passé entre le gouvernement et les urgentistes en décembre devient un modèle à étendre, avec le principe du décompte horaire du temps de travail pour d'autres professions (anesthésie, obstétrique, réanimation…), si les équipes médicales en font la demande. Le principe d'un temps de travail découpé entre travail clinique posté de 39 heures et forfait pour les autres activités est retenu. De plus une cinquième demi-journée par 24 heures pourrait être reconnue en soirée « lorsque l'activité le justifie », révèle quotimed.com.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire