vendredi 18 décembre 2015

La thérapie comportementale plus efficace que la luminothérapie pour lutter contre le trouble affectif saisonnier



La thérapie comportementale plus efficace que la luminothérapie pour lutter contre le trouble affectif saisonnier

La luminothérapie, le traitement de référence pour lutter contre le trouble affectif saisonnier, n’est pas aussi efficace, à long terme, que la thérapie cognitivo-comportementale, selon une étude américaine publiée dans la revue « American Journal of Psychiatry ».
Dans leur étude, les chercheurs de l’Université du Vermont, à Burlington, ont traité 177 sujets pendant 6 semaines soit par luminothérapie (30 minutes d’exposition quotidienne après le lever), soit par une forme particulière de thérapie cognitivo-comportementale qui leur a appris à récuser les pensées négatives au sujet des sombres mois d’hiver et à résister à des comportements, comme l’isolement social, qui agissent sur l’humeur.
Les deux thérapies ont été très efficaces pour traiter le trouble affectif saisonnier pendant l’hiver où elles ont été administrées, aucune différence statistiquement significative n’étant constatée entre les deux approches, a déclaré la chercheuse principale, Kelly Rohan.
Cependant, deux hivers après le traitement initial, 46 % des sujets du groupe de luminothérapie ont signalé une réapparition de la dépression contre 27 % des sujets du groupe de thérapie cognitivo-comportementale. Les symptômes dépressifs étaient également plus sévères chez ceux du groupe de luminothérapie.
La luminothérapie est un traitement palliatif qui doit être utilisé en continu pour être efficace, déclare Mme Rohan. Il peut s’avérer difficile de s’astreindre à la luminothérapie chaque jour pendant une période pouvant aller jusqu’à cinq mois, ce qui explique pourquoi de nombreux patients sous luminothérapie interrompent leur traitement. La thérapie cognitivo-comportementale, en revanche, est un traitement préventif, explique Mme Rohan. Une fois que les patients atteints de trouble affectif saisonnier en maîtrisent les compétences de base, ses effets sont durables et donnent à la personne le sentiment de maîtriser ses symptômes.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire