dimanche 10 janvier 2016

Un tatouage électronique pour surveiller votre état de santé

Un tatouage électronique pour surveiller votre état de santé

Dans le domaine de la santé, on voit apparaître tous les mois de nouveaux objets connectés. Un nouveau pas vient sans doute d'être franchi dans cette course à la technologie avec le tatouage connecté. Une start-up américaine basée à Austin, au Texas, est sur le point d'aboutir à cette spectaculaire avancée grâce à l'invention d'une encre électro-conductrice capable de relier entre eux des éléments électroniques tels qu'un micro-processeur et des capteurs biométriques. Ils ont ainsi mis au point un tatouage technologique, le «Tech Tat» (pour Technologic Tatto), capable de mesurer plusieurs indicateurs de santé comme le rythme cardiaque, la pression artérielle, la température, le niveau de stress ou le taux d'hydratation, de collecter ces données sur un smartphone synchronisé et de les transmettre à des professionnels de santé en temps réel via une application dédiée. En cas de problème, le personnel médical est immédiatement alerté afin d'interagir en conséquence. «Plutôt que d'aller chez le médecin lors des visites de routine, vous pourriez porter un tatouage qui a une durée de vie d'un an. Il enregistrerait tout ce qui vous arrive physiquement et enverrait les informations à votre médecin», explique Eric Schneider, un des ingénieurs qui a conçu le « Tech Tat». L'outil pourrait rendre d'énormes services aux patients atteints de maladies chroniques dont l'état de santé nécessite parfois une surveillance quotidienne. Ses concepteurs précisent que le tatouage technologique se fixe directement sur la peau avec de l'eau et doit être retiré avant chaque bain. Il peut ainsi être enlevé et replacé à volonté pendant 12 mois. La société Chaotic Moon a indiqué que son tatouage serait bientôt disponible à la vente. Il lui reste toutefois à faire certifier son invention et à trouver des partenaires commerciaux avant de la développer à grande échelle. Or, cette entreprise n'en est pas à sa première innovation restée lettre morte.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire