dimanche 6 mars 2016

Une perte de substance grise pour les adolescents gros buveurs d'alcool



Une perte de substance grise pour les adolescents gros buveurs d'alcool
L'alcool est la substance psychotrope la plus couramment utilisée pendant l'adolescence : 43 % des jeunes entre 12 et 18 ans consomment de l'alcool au cours d'une année et 25 % se sont déjà enivrés. A 18 ans, près d'un quart des jeunes déclarent avoir eu un épisode récent de consommation excessive, soit une consommation de cinq verres ou plus en une seule occasion.
Une forte consommation d'alcool pendant l'adolescence peut modifier le développement normal du cerveau. Certaines études ont montré que le développement du volume cortical régional et de la matière blanche est différent chez les buveurs excessifs mais aucune étude n'a permis une évaluation sur de longues périodes ou avec des échantillons de taille suffisante pour tenir compte des différences potentielles liées au sexe.
Cette étude longitudinale américaine a examiné le développement du volume des substances grise et blanche chez 134 adolescents (dont 75 ans sont de gros buveurs et 59 des buveurs légers ou abstinents pendant plus de trois ans et demi). Chaque participant a subi un examen par Imagerie à Résonance Magnétique (IRM) en système 3T deux à six fois (390 imageries au total) entre l'âge de 12 et 24 ans et a été suivi pendant huit ans.
Les volumes du néocortex, de l'allocortex, et de la substance blanche ont été mesurés. Les modèles linéaires à effets mixtes ont décrit les différences de développement entre les buveurs et le groupe contrôle, et les analyses secondaires ont étudié la contribution de la consommation d'autres drogues et de l'alcool.
Des conséquences sur les performances intellectuelles
Chez les adolescents buveurs excessifs, une réduction rapide significative du volume de la substance grise dans le cortex latero-frontal et temporal a été observée, ainsi qu'une atténuation de la croissance de la substance blanche du corps calleux et du pont. Ces résultats sont identiques lors de la consommation de cannabis et d'autres drogues. Aucune différence n'a été observée entre les sexes.
Ces perturbations dans le développement du volume et de la maturation du cerveau à l'adolescence peuvent avoir de réelles conséquences sur les performances intellectuelles et le développement des capacités cognitives et motrices. Des travaux récents ont montré leur impact dans les capacité visio-spatiale, d'attention et dans la mémoire de travail. Ces effets négatifs existent à court et à long terme.
Ces résultats confirment enfin, au moyen d'un grand échantillon, l'altération du développement cérébral lors d'une consommation excessive d'alcool à l'adolescence. Ils appellent à la prudence vis-à-vis de la consommation d'alcool à cette période sensible.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire