lundi 4 avril 2016

La consultation pré-conceptionnelle intéresse les femmes !

La consultation pré-conceptionnelle intéresse les femmes !

Dans chaque couple il existe au moins une spécificité de santé qui peut menacer le bon déroulement d'une grossesse mais des mesures préventives pré-conceptionnelles permettent d'améliorer le pronostic. Pour autant, ces ressources sont sous-utilisées, sans doute du fait d'une méconnaissance des femmes sur le sujet.
Une équipe belge s'est intéressée via un questionnaire aux attentes de 242 femmes âgées de 18 à 40 ans et projetant d'avoir un (nouvel) enfant. Elles sont jeunes (moyenne 25 ans) et le plus fréquemment en couple (86 %), sont instruites et travaillent. Elles sont majoritairement nullipares (87 %) et envisagent, pour certaines, une grossesse dans les 3 ou 4 ans à venir (44 %) ; la plupart se considèrent comme en bonne ou très bonne santé (93 %), sont de poids normal (72 %), sont non fumeuses (82 %), non utilisatrices de drogues (97 %) et consomment en moyenne 3 verres d'alcool par semaine (81 %).
Un tiers d'entre elles a déjà reçu des conseils pré-conceptionnels par le passé, essentiellement de la part d'un professionnel de santé (gynécologue 82 %, médecin traitant 43 %, sage-femme 20 %), mais aussi via Internet, l'école, des brochures, la famille et les amis.
Elles attendent d'autres informations dans le futur et là encore de la part de professionnels de santé (gynécologue 93 %, sage-femme 73 %, médecin traitant 63 %), et souhaitent même bénéficier d'une ou plusieurs consultations pré-conceptionnelles.
De nombreux sujets les intéressent : la nutrition, les conditions de travail, le sport, les vaccins, l'environnement, les maladies infectieuses, les médicaments. Par contre, tabac, alcool, sexualité, IST, violences conjugales et drogues semblent peu les concerner. Les femmes les plus demandeuses d'information sont celles en surpoids ou qui ont des antécédents ORL, ophtalmologiques ou de maladie mentale.
Malgré un biais de sélection ayant pour effet une surreprésentation de femmes d'un haut niveau socio-économique et donc en meilleure santé, cette étude démontre que la consultation pré-conceptionnelle à de l'avenir devant elle.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire