samedi 30 avril 2016

L'assurance-maladie abandonne l'idée d'un malus contre les médecins

docndoc

L'assurance-maladie abandonne l'idée d'un malus contre les médecins

Face aux protestations des syndicats de praticiens, l'assurance-maladie est revenue jeudi sur sa proposition de malus à l'encontre des médecins qui ne respecteraient pas certains objectifs de santé publique. En revanche, elle ne semble pas avoir abandonné l'idée d'encourager financièrement les "bonnes pratiques" en matière de durée d'arrêts de travail. "Il ne s'agit en aucun cas de dire aux médecins 'vous serez mieux rémunérés si vous prescrivez moins d'arrêts maladie'", a indiqué Marisol Touraine hier sur France Inter. Mais de les inciter à "mieux" prendre en compte les grilles existantes concernant leur durée. Une mesure qui pose toutefois toujours problème aux syndicats. "C'est antinomique avec la pratique médicale, qui doit être attentive à la singularité du patient: son âge, l'intensité de ses symptômes, le type de métier qu'il exerce, etc.", observe Jacques Battistoni, le secrétaire général de MG-France. Pour son président, Claude Leicher, une telle normalisation, qui s'appuie selon lui sur des référentiels non validés par la Haute Autorité de santé (HAS), peut ainsi se révéler "contre-productive. Dans la réalité, il arrive souvent que l'on prescrive des arrêts moins longs !" Un argument repris par Luc Duquesnel, président de l'Unof, branche généraliste de la Confédération des syndicats médicaux français.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire