vendredi 29 avril 2016

Temps de travail: les internes passent à l'attaque

 docndoc

Temps de travail: les internes passent à l'attaque

Après le suicide d'un interne à Marseille, les corporations d'internes de Paris, Marseille, Amiens ou encore Saint-Étienne exigent le respect du temps de travail (48 heures par semaine) et du repos de sécurité (11 heures après une garde de nuit). L'Intersyndicat national des hôpitaux (ISNI) indique qu'il soutiendra "pleinement l'ensemble des initiatives locales visant à éliminer de manière ferme et définitive les honteuses entorses à la réglementation en vigueur", qui "comprendront, le cas échéant, la mise en demeure des établissements fautifs, la plainte pénale (...) et la saisine du tribunal administratif", rapporte Pourquoi Docteur. L'ISNI a aussi lancé une nouvelle enquête sur le sujet, qui a déjà recueilli plus de 1 500 réponses en une semaine, et va publier "bientôt" la carte de France des établissements qui ne respectent pas la législation, ajoute Le Quotidien du Médecin. Autre signe de l'incompréhension entre les jeunes et les "vieux", 43% des premiers considèrent que les professeurs des universités-praticiens hospitaliers sont "des êtres incompréhensibles vivant dans un monde parallèle, dans lequel personne n'a envie de s'aventurer", conclut un sondage mené par le magazine What's up doc et relayé par Egora.fr.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire