jeudi 2 juin 2016

Épuisement professionnel chez les médecins généralistes

docndoc remplacements médicaux


Épuisement professionnel chez les médecins généralistes
Objectif
Évaluer le degré d’épuisement professionnel (ou burn out) de médecins généralistes libéraux du département de la Loire.
Méthodes
Un questionnaire en 3 parties a été envoyé à 480 médecins généralistes : la première partie concernait les variables sociodémographiques telles qu’âge des médecins, statut matrimonial, date d’installation, mode d’exercice, quantification de l’activité professionnelle ; la seconde partie correspondait à la version française du Maslach Burn out Inventory (MBI) ; la troisième partie envisageait des conséquences éventuelles de l’épuisement professionnel, telles que désir de reconversion, usage de psychotropes, ou pensées de suicide ; les médecins étaient invités à indiquer les causes de l’épuisement professionnel telles qu’ils les percevaient, en réponse à une question ouverte. Les réponses étaient anonymes.
Résultats
Trois cent six médecins ont répondu (taux de réponse de 64 %). Les scores moyens pour les 3 dimensions du burn out (épuisement émotionnel, dépersonnalisation et diminution de l’accomplissement personnel) étaient similaires à ceux d’autres enquêtes utilisant le même instrument. Cinq pour cent des médecins avaient un niveau élevé de burn out pour les 3 composantes, mais la plupart des médecins avaient un niveau élevé d’accomplissement personnel dans leur métier. Plus d’un médecin sur 2 a envisagé une reconversion ; 5,5 % avouaient boire de l’alcool de façon excessive ; 30 % avaient pris des psychotropes et 13 % ont envisagé le suicide. La composante d’épuisement émotionnel était statistiquement associée au sexe féminin, à une charge de travail importante, au désir de reconversion, à la consommation d’alcool, de psychotropes, aux idéations suicidaires. Les causes d’épuisement professionnel invoquées par les praticiens étaient organisationnelles et administratives (charge de travail élevée, poids de l’administration, conflit avec les organismes sociaux) mais aussi relationnelles (demandes jugées excessives des patients et de leurs familles).
Conclusion
L’épuisement professionnel des médecins généralistes apparaît comme une réalité. La qualité de vie des praticiens qui en sont victimes semble significativement altérée et la littérature indique que des conséquences néfastes sur la santé de leurs patients pourraient en découler.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire